Le Voyage.

Partir en Voyage...

Mais partir pour.......quoi ?

« Qu'est-ce qui fait sens ? »

Question obnubilante et obsessionnelle, presque dérangeante. Un écho incessant qui me bourdonne à l'oreille. Je voudrais le chasser d'un revers de main tel un moustique intempestif. Il résonne de plus belle. « Qu'est-ce qui fait sens ? ». La question est tenace; elle s'accroche et s'amplifie. 

A force je lui laisse, contrainte et forcée, une petite place en moi. « Ok, tu peux rester. Mais tâche de ne pas te faire remarquer ! ». Mais sa cadence s'accélère et...finalement...devient rythme. La question se fait rythme et le rythme devient musique. Entraînante, elle m'invite et me pousse loin, très loin dans mes retranchements. Le doute cohabite avec la curiosité. L'agréable et frétillante curiosité qui sous-tend quelque chose d'intéressant à découvrir derrière... L'intuition que je touche à quelque chose de « vrai », d'intime. Une invitation à l'introspection.

Afrique aux mille facettes. Déroutante et incernable. J'y ai côtoyé ma propre mosaïque intérieure et découvert des facettes que je n'avais pas mesurées. Plurielles et singulières; je devais venir les cueillir in situ dans l'expérience chaude de l'ailleurs. J'y ai gagné en compréhension. Mon champ de vision s'est élargi, m'offrant un regard panoramique sans même que je ne l'aie cherché. Un espace plus vaste s'est créé en moi : plus de place pour comprendre, plus de place pour recevoir et plus de place pour donner...sans se perdre.

Cet espace intérieur, cette part de moi-même rencontrée en expérimentant l'Ailleurs et l'Autre, voilà que je me rends brusquement compte – presque étourdie, à quel point elle m'avait manqué jusqu'alors.

Il m'a fallu aller me rencontrer là-bas et laisser ensuite le temps commencer  son travail de décantation pour comprendre une ébauche, souple et en évolution permanente, de ce qui a fait sens pour moi et les répercussions dans ma pratique d'orthophoniste. J'en suis revenue un pas en avant vers moi et un pas de recul pour appréhender mon environnement. Une sensation à double niveau donc; plus proche et plus distanciée en même temps....paradoxe intéressant ! Plus de compréhension des différentes personnalités que je reçois et plus de discernement à la fois. Ce voyage ne m'a pas fait gagner en technique de rééducation à proprement parler, mais en élargissant mon regard j'ai élargi ma compréhension. De moi, de l'autre; expérimentant ainsi le principe millénaire : « en me rapprochant de moi je me suis rapproché(e) de toi ». 

Ma pratique s'est nourrie d'une force supplémentaire, légère et ancrée. J'ai pris  conscience de l'importance et de l'apport pour l'orthophonie des moments d'expérience « du dedans », hors du champ des techniques et des outils rééducatifs.

C'est par les expériences diverses et a priori loin du domaine professionnel que l'orthophoniste évolue dans le lien qu'elle tisse avec elle-même mais aussi par relation, avec ses patients.

Plus à l'écoute de sa voix, pour mieux entendre leur voix...?

Grande, la Vie.

Camille Vedel